Charlotte Graham, Lady ATKYNS (1758-1836) cantatrice, elle épousa Sir Edward Atkyns, duc de Ketteringham; elle finança un comité royaliste pour sauver Marie-Antoinette et Louis XVII

Lot 85
1 000 - 1 500 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Charlotte Graham, Lady ATKYNS (1758-1836) cantatrice, elle épousa Sir Edward Atkyns, duc de Ketteringham; elle finança un comité royaliste pour sauver Marie-Antoinette et Louis XVII


L.A.S. “Charlotte Atkyns”, Paris 24 juin 1822, à Charles STUART, ambassadeur d'Angleterre en France; 9 pages in-4; en anglais (traduction jointe); montée sur onglets avec 2 autres documents en un vol. in-4, reliure demi-veau brun.
Longue et importante lettre sur son action en faveur des Bourbons.
Elle expose longuement sa difficile situation, ne réussissant pas à se faire rembourser les sommes qu'elle a avancées “pour sauver les augustes victimes des mains de leurs bourreaux rebelles, pour aider la famille de Bourbon à revenir sur le trône de Saint Louis, pour l'usage personnel des Princes français en exil”; elle donne le détail de ces sommes, et elle rappelle les dangers qu'elle a courus; elle relate dans le détail ses nombreuses démarches, et prie Stuart d'intervenir en sa faveur...
Reliée avec: Claude-François CHAUVEAU-LAGARDE (1756-1841) avocat, défenseur de Marie-Antoinette, des Girondins, de Charlotte Corday, de Madame Élisabeth.
L.A.S. “Chauveau-Lagarde”, Paris 3 août 1823, à Charlotte ATKYNS; 3 pages in-4 à son en-tête.
Très intéressante lettre, relatant longuement l'audience que lui a accordée LOUIS XVIII, son plaidoyer en faveur de Lady ATKYNS, et l'assurance que lui a donnée le Roi que M. de VILLÈLE terminerait cette affaire de remboursement [Charlotte ATKYNS avait financé un comité royaliste pour sauver Marie-Antoinette et Louis XVII, et elle éprouvait de grandes difficultés à se faire rembourser].
“Le Roy ne m'a pas dit un seul mot, et m'a forcé, par son silence, à prendre moi-même l'initiative. J'ai exposé à sa majesté l'objet de ma démarche. J'ai fait valoir l'importance de vos services; le courage que vous y aviez montré dans l'intérêt de la famille royale; le noble désintéressement qui vous avait animé; les dangers auxquels vous aviez tant de fois exposé votre vie”... Etc. Le Roi, tantôt ému, tantôt subjugué, a voulu renvoyer l'affaire à ses ministres, puis, sur l'insistance de Chauveau-Lagarde, il a donné à l'avocat l'autorisation formelle de s'entendre avec le premier ministre pour régler l'affaire. Il va donc être reçu par Villèle, a demandé une nouvelle audience à l'ambassadeur, “et je verrai ce soir Monsieur de CHATEAUBRIAND”...
On joint une l.s. du marquis de LAURISTON à Charlotte ATKYNS, Paris 6 avril 1822 (1 page et quart in-4, adresse), considérant que le versement d'une somme de 6400 livres en 1816 était tout ce que le Roi pouvait faire.
Anciennes collections Alain BANCEL (Autour de Louis XVII, 21 mai 2003, nos 126 et 129), puis Claude de FLERS (Femmes, 18-19 novembre 2014, nos 433 et 434).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue