Rare grenade d'honneur décernée par le Premier…

Lot 304
15 000 - 20 000 €
Résultats sans frais
Résultat: 10 000 €

Rare grenade d'honneur décernée par le Premier…

Rare grenade d'honneur décernée par le Premier Consul au citoyen Jean-Baptiste Boramet, sergent-major au 8e régiment d'artillerie à pied pour s'être distingué dans un combat naval près des Sables d'Olonne.
Losange en laiton doré guilloché et ajouré, entouré d'une bordure de perles; doublé d'une plaque en fer garnie, entre les deux, de velours rouge foncé. Au centre du losange, une grenade enflammée en laiton doré est fixée sur la plaque en fer par deux rivets. Le losange est gravé, sur son pourtour, en partant du bas à gauche: "Le 1e Consul, au Cen J. B. Boramet Sergt majr au 8 Regt D'artie à pied Pr S'être Distingué dans un Combat Navl Près Les Sables D'Olonne". Hauteur 108 mm, largeur 82 mm. (Quatre petits trous, deux en haut et deux en bas, ont été percés postérieurement, peut-être pour sa fixation sur un baudrier; les parties débordantes en fer, dans les angles, servant à la fixation sur du tissu, ont été supprimées).
Époque Consulat. Bon état.

BORAMET Jean-Baptiste, né le 5 janvier 1769 à Vesoul (Haute-Saône), fut admis comme canonnier dans le 8e régiment d'artillerie, le 11 août 1787; sergent, le 11 décembre 1791; il fit les campagnes de 1787 à l'an VI, soit à l'Île-de-France, soit aux diverses armées de la République; passé, en l'an VII, à l'armée de l'Ouest, il y servit jusqu'en l'an IX, fut promu sergent-major, le 21 nivôse an VIII, et reçut une grenade d'honneur, le 6 frimaire an XI, pour le courage et le dévouement qu'il avait montrés en plusieurs circonstances. Lieutenant, le 24 messidor suivant, BORAMET fut envoyé à l'armée de Hanovre et y resta pendant les ans XII et XIII. Il fit ensuite les campagnes d'Autriche, de Prusse et de Pologne, et passa, en 1809, à l'armée d'Espagne, où il obtint, le 19 août, le grade de capitaine dans le 5e régiment d'artillerie à pied. À la bataille de Toulouse, il fit preuve de sang-froid, d'audace et de résolution. Après le retour des BOURBONS en France, le 5e régiment ayant pris le numéro 3, il y fut maintenu dans son grade. Mais, au second retour de Louis XVIII, il fut mis en non-activité, classé dans la 9e catégorie, et enfin mis à la retraite au mois de février 1816. Fastes de la Légion d'honneur, tome 1er, Paris 1842
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue