Rare et beau sabre ayant appartenu au général…

Lot 306
10 000 - 15 000 €
Résultats sans frais
Résultat: 14 000 €

Rare et beau sabre ayant appartenu au général…

Rare et beau sabre ayant appartenu au général Charles Marie Robert d'Escorches de Sainte-Croix (1782/1810) et, suite à son décès à la bataille de Villafranca au Portugal, donné au général Marulaz qui le considérait comme son fils spirituel, par son frère Robert:
Modèle de Fournera. Garde en laiton ciselée et dorée à deux branches et coquille ajourée, formant un médaillon orné de sept étoiles, en-dessous une palmette entourée de deux rosaces; la branche principale et le quillon sont ciselés de feuillages, la deuxième branche, incomplète, était ornée d'un fleuron et de trois feuillages; calotte se terminant par une tête de lion; fusée en ébène quadrillée, sculptée de bandes formant des losanges agrémentées de petits clous en laiton doré.
Lame à jonc et contre-tranchant, gravée au talon de fleurs sur fond or.
Fourreau en laiton ciselé et doré, très beau modèle en fort relief, inspiré de celui des officiers supérieurs de grenadiers à cheval de la garde des Consuls; il est orné de fleurs, de palmettes, de rosaces, de frises géométriques et de trois cartouches dont celui du haut présente un faisceau de licteur, un buste de Mars et, au-dessus, une enseigne romaine avec une aigle qui a été enlevée probablement en 1814 pour être remplacée par les armes de France de nouveau enlevées, soit en 1815 ou en 1830; dard en forme de lyre; la partie haute, sur le devant, porte la dédicace gravée: "Chs De Ste Croix À Son Pere le brave Gl de Marulas".
Longueur 103 cm. (Réparations anciennes et manques à la garde et au fourreau; manque la cuvette de l'entrée de fourreau).
Époque Premier-Empire. Bon état.
On retrouve ce sabre dans le "Cahier de dessins d'armes blanches à l'usage de l'état-major militaire d'après les plus riches et nouveaux modèles de FOURNERA, fabricant rue Perpignan, n° 8, en la cité à Paris", planche 3, dessinée par Fournera et gravée par Adam, aux numéros 25, 26, 28 et 29.D'ESCORCHE de SAINTE-CROIX Charles, Marie, Robert, Comte, général de cavalerie, né à Versailles le 20 novembre 1782. Attaché au cabinet de TALLEYRAND, ministre des relations extérieures; fit la campagne d'Italie, en 1805, comme volontaire à l'état-major de MASSÉNAT; chef de bataillon au régiment étranger de LA TOUR d'AUVERGNE, 7 décembre 1805; vint en congé à Paris, en février 1806; fut mis en état d'arrestation à la suite d'une affaire avec M. de MARIOLE, officier supérieur du même régiment, qui paraît avoir été tué en duel; nommé major pendant son incarcération, le 31 mars 1806; mis en liberté et renvoyé à son régiment par ordre de l'Empereur, le 13 mai; servit en Italie, en 1806, à l'armée de Naples, puis à la grande armée, en Pologne, en 1807; aide de camp de MASSÉNAT, en février 1807; reçut l'ordre de rejoindre son régiment, le 6 décembre; servit à l'armée de Naples, en 1808; premier aide de camp de MASSÉNAT, le 1er mars 1809; servit en Autriche, en 1809, à Landshut, le 21 avril 1809; prit un drapeau à Neumarkt, le 1er mai; colonel, le 5 mai 1809; passa le premier de l'Île Lobau sur la rive gauche du Danube, le 21 mai 1809; officier de la Légion d'honneur, le 31 mai 1809; chevalier de l'ordre militaire de Bade, en juin 1809; passa le premier le Danube à Enzersdorff et s'empara du village, le 4 juillet; blessé à Wagram, le 6 juillet; général de brigade, en juillet 1809; commandant la 2e brigade de cavalerie légère au 4e corps; Comte de l'Empire par décret du 15 août 1809; commandant le 1ère brigade de dragons, division CAULAINCOURT, en Espagne, le 15 décembre; confirmé Comte de l'Empire, par lettres patentes du 14 février 1810; commandant la 1ère brigade de dragons au 8e corps (JUNOT) de l'armée du Portugal, avril 1810; servit au combat de Gallegos, juillet 1810; découvrit le lendemain de la bataille de Busaco un passage dans la Sierra d'Alcoba, le 28 septembre 1810, et guida l'avant-garde sur Coïmbra, le 1eroctobre; tué aux avant-postes de Villafranca, près des retranchements de Sobral (Portugal), par un boulet qui ricocha et le coupa en deux, le 11 octobre 1810.
MARULAZ Jacob-François MARULA, dit, général de cavalerie, né à Zeiskam près de Spire (Palatinat) le 6 novembre 1769 † à son château de Filain (Haute-Saône) le 10 juin 1842. Enfant de troupe au régiment de hussards d'ESTERHAZY (devenu 3e hussards en 1791), en septembre 1778; hussard au dit-régiment, en 1784; brigadier fourrier, en janvier 1791; maréchal des logis, en juin 1792; lieutenant au corps des éclaireurs, devenu ensuite 8e hussards, en 1792; servit en Vendée, en 1793/1794; capitaine, le 1er mars 1793; aide de camp du général SALOMON, en août 1793; passé à l'armée du Nord, en 1794/1795; chef d'escadron, en mai 1794; confirmé, en 1795; à l'armée du Rhin, en 1795/1797; chef de brigade au 8e hussards, en décembre 1798; servit devant Zurich, les 4 et 8 juin 1799; battit les cosaques, le 6 octobre; passé à l'armée du Rhin, fin 1799/1801; s'empara d'un canon et fit 800 prisonniers au passage du Rhin, le 1er mai 1800; servit au passage du Danube, le 19 juin; passa à gué le lac de Chiem et prit 100 cavaliers, le 10 décembre; obtint un sabre d'honneur, le 22 mars 1801; employé à l'armée des côtes de l'océan, 1803/1805; commandant de la Légion d'honneur, le 14 juin 1804; général de brigade, à compter du 1er février 1805, le 6 mars 1805; nommé à la place de VERDIÈRE, commandant le 2e brigade de la 2e division de grosse cavalerie sous d'HAUTPOUL à la grande armée, le 5 octobre 1806; nommé commandant de la brigade de cavalerie légère du 3e corps sous DAVOUT, le 5 décembre; chargea à Eylau, le 8 février 1807; fit 300 prisonniers à Domnau, le 9 février; fit 5 000 prisonniers près de Labiau, le 17 juin; Baron de l'Empire, le 7 décembre 1808; commandeur de l'ordre de Hesse-Darmstadt et de l'ordre militaire de Bade; commandant la cavalerie légère du corps d'observation du Rhin sous MASSÉNAT, le 4 avril 1809; blessé d'un coup de feu à la jambe à Wagram, le 6 juillet 1809 (il avait déjà été blessé de nombreuses fois depuis le début de sa carrière); général de division, le 12 juillet 1809; vainqueur à Baume-les-Dames, le 31 décembre 1813; inspecteur général de cavalerie, le 20 juin 1814; chevalier de Saint-Louis, le 29 juillet 1814; en non-activité, le 21 juillet 1815; admis à la retraite, le 6 décembre 1815; naturalisé français, le 17 septembre 1817; relevé de la retraite et placé dans le cadre de réserve, le 7 février 1831.
Dans l'ouvrage de Jean NOUBEL: Un grand général de l'Empire MARULAZ d'après ses papiers et ses mémoires inédits, édité par Bernard GIOVANANGELI, en 2013, il est fait mention dans plusieurs chapitres de la relation privilégiée du général de SAINTE-CROIX et de MARULAZ qui le considérait comme son fils, ce qui est confirmé dans plusieurs de ses écrits, dont une mention au sabre que nous présentons: lettre du 20 janvier 1812 à Robert de SAINTE-CROIX, frère cadet du malheureux Charles. MARULAZ écrit à Robert pour lui demander d'intervenir à Paris en faveur de sa soeur Elisabeth, veuve du chef d'escadron Étienne MARÉCHAL, tué à Wagram. À la fin de cette lettre, MARULAZ indique à Robert: "Je recevrai avec beaucoup de plaisir le sabre qu'a porté mon malheureux fils Charles; ce cadeau fait par son frère sera pour moi d'un prix infini" et il écrit, au mois de février 1812, qu'il fut ému aux larmes, lorsqu'il reçut le sabre que portait à sa mort Charles de SAINTE-CROIX, émouvant cadeau que venait de lui faire parvenir le frère cadet de ce jeune héros que MARULAZ avait aimé comme un fils.
Je remercie M. Jean NOUBEL pour ces précieux renseignements concernant l'histoire de ce sabre
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue