François ANTHOINE, baron de SAINT-JOSEPH (1787-1866

Lot 1
1 500 - 2 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

François ANTHOINE, baron de SAINT-JOSEPH (1787-1866

Général de division
MANUSCRIT autographe, Journal de la Captivité du Capitaine de St Joseph en Espagne, en 1809, et copie manuscrite: Captivité du Capitaine de St Joseph en Espagne, depuis le mois de Juin 1809 jusqu'au mois de Novembre de la même année.
INTERESSANT RECIT DE SA CAPTURE LORS DE LA GUERRE D'ESPAGNE, ET DE SA DETENTION A L'ALHAMBRA DE GRENADE. [Aide-de-camp du maréchal Soult, il fut fait prisonnier, puis échangé grâce aux soins de son beau-frère, le maréchal Suchet.] * MANUSCRIT AUTOGRAPHE (sauf une trentaine de pages d'une autre main), avec ratures et corrections autographes, «Mis au net, n° 2» (149 pages in-fol. ou in-4, en cahiers et feuillets sous chemise a.s.). Récit de captivité composé de 4 livres, chacun portant en tête un résumé du contenu. I. Le général FRANCESCHI-DELONNE, le capitaine Bernard, son aide de camp, et le «capitaine A. de St Jh», aide de camp du maréchal Soult, sont faits prisonniers de guerre par une compagnie de guerilleros... Accueil du gouverneur de la province de Salamanque, rencontre de l'armée anglaise et de Wellington, passage du Tage, arrivée à Séville... II. Voyage de Séville à Grenade, détention dans l'Alhambra, crainte des trois prisonniers d'être séparés, conditions de détention. «Nouvelle de l'échange du capitaine A. de St J. - son voyage de Grenade à Malaga où il est embarqué»... III. «Le capitaine de St Jh s'embarque à Malaga pour Tortose. Contrariétés sans cesse renaissantes dans cette traversée»... IV. «Notions sur le sort malheureux de mes compagnons à l'Alhambra depuis notre séparation. - Démarches pour leur échange. - Fin déplorable du Général Franceschi-Delonne à Carthagène. - Délivrance de Mr Bernard de sa prison dans cette Place»...
Le récit est agréablement écrit. Citons l'épisode de la prise des trois Français: «A l'instant même, reconnaissant le danger qui nous menaçoit, je donnai un coup de sifflet de mon fouet pour en prévenir le Général. J'espérois qu'il auroit le tems de se sauver, mais il s'arrêta et il étoit trop tard. Des cris sinistres précédèrent l'arrivée de ces brigands. Ils nous entourent en même tems; des poignards, des lames, des sabres sont levés sur nous, pendant que les mieux armés appuyent sur notre poitrine leurs fusils et leurs tromblons. L'avidité du meurtre, la soif ardente du sang animent toutes ces figures atroces; tous, à grands cris, demandent à leur chef le signal qui doit leur permettre d'assouvir leur rage. Mais, le chef, moins inhumain et plus prudent, s'empresse d'étendre le bras et crie la paz, la paz; fait changer nos chevaux et se hâte, dans la crainte d'être surpris sur la grande route par des troupes françaises, de nous entraîner dans un bois voisin et dans un village où des femmes gémirent sur notre sort et nous offrirent quelques secours. Le Duero étoit sous nos yeux; nous y descendîmes et nous le traversâmes sur un bac. En y entrant avec nous, le Général nous compara à trois victimes que l'on conduit au supplice»... On retiendra aussi d'intéressants détails sur les mœurs des Espagnols et Espagnoles, et une description détaillée de l'Alhambra de Grenade... * BELLE COPIE RELIEE, COMPLETEE PAR DES TEMOIGNAGES ET DES ILLUSTRATIONS (vol. in-4, demi-maroquin vert à coins, 140 pages, plus 30 document, lettres, dessins ou gravures, soit environ 140 pages formats divers, montés en appendice).
À la suite du récit de Saint-Joseph, soigneusement calligraphié, on a relié: une relation autographe du capitaine BERNARD, Notre captivité, 15 novembre 1819 (41 pages); une P.A.S. du général Jean-Baptiste FRANCESCHI-DELONNE (1767-1810), à l'encre rouge, remise à Saint-Joseph le 25 septembre 1809 lors de son départ de l'Alhambra; 2 ordres du général espagnol Pedro Roca, et un autre document, concernant l'échange de prisonniers (traduction autogr. de Saint-Joseph); des notes autographes de SAINT-JOSEPH, Mon voyage en mer de Malaga aux Alfaques (notes prises en mer) du 5 octobre 1809 au 5 novembre (30 pages in-12 remplies d'une minuscule écriture); plus divers autres documents.
Parmi les illustrations, 2 AQUARELLES dépliantes, vues de l'Alhambra de Grenade; un grand dessin aquarellé représentant la capture des trois Français; une Mapa del Reyno de Valencia gravée; un grand plan gravé du port d'Alicante; une carte gravée d'Espagne (1770); diverses gravures
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue