* «Pot à l'eau tourné», son couvercle (1ère…

Lot 22
12 000 - 18 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 29 348 €

* «Pot à l'eau tourné», son couvercle (1ère…

* «Pot à l'eau tourné», son couvercle (1ère grandeur) et sa «jatte ovale» (2e grandeur) en porcelaine de Sèvres à monture en vermeil du XVIIIe siècle
Marques en gris aux deux L entrelacés, lettres date R pour 1770, marques de peintre pour Jean- Jacques Pierre, le Jeune; la monture avec poinçon de décharge pour 1768-74
A décor polychrome d'un semi de barbeaux entre deux frises de guirlandes de fleurs sur fond pointillé bleu encadrées de filets or, filet or sur le bord, petites usures à l'or
Hauteur totale du pot: 19,5 cm - Longueur du bassin: 26,5 cm

Provenance:
Probablement un achat de Madame Du Barry chez Poirier, le 4 septembre 1770.
Portait une étiquette «acheté par Le Prince à Versailles en 1906».
Galerie Pierre de Regaini., Paris
Christie's Paris, 22-23 avril 2013, lot 123.

An 18th century Sèvres porcelain silver gilt mounted ewer, cover and basin

Il existe toujours à Sèvres-Cité de la Céramique le modèle en plâtre.
Nous pouvons rapprocher cet ensemble d'un écritoire à main à décor similaire conservé dans les collections du château de Versailles (Inv. N.V 6203). Cet écritoire avait été acquis par Madame Du Barry auprès du marchandmercier
Simon-Philippe Poirier en 1770 pour son appartement de Versailles: le 18 décembre 1770 un petit écritoire à main en porcelaine de France à petits barbeaux haut et bas à monture en bronze d'or moulu pour 192 livres plus 6 livres de port à Versailles (illustré dans le catalogue d'exposition, Les Fastes de Versailles au musée Hangaram, novembre 2010-mars 2011, Séoul, p.220). Il est donc plus que probable que «nôtre» pot à l'eau, qui porte le même décor, corresponde à la mention que l'on retrouve dans les registres de Poirier en date du 4 septembre 1770: Dans la garde robe à côté du cabinet en toilette du Roy, un pot à l'eau et sa jatte de porcelaine de France à guirlandes de fleurs, 150 [livres] (Georges
Widenstein, Simon-Philippe Poirier, Fournisseur de Madame Du Barry, Gazette des Beaux- Arts, 1962, pp.365-377).
Plusieurs éléments confortent cette hypothèse: outre le fait que Poirier était le principal fournisseur de Madame Du Barry, les deux pièces mentionnées portent la même lettre date et sont du même peintre.
Jean-Jacques Pierre, le Jeune: peintre de fleurs, motifs et doreur à la Manufacture de 1763 à 1800.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue